Tristement, c’est de manière assez logique que les OGM se retrouvent dans nos assiettes, et donc dans notre corps. Cette mécanique est pourtant parfois mal connue (source Greenpeace)

Impression

 

Publicités