ALIMENTATION

Le casse tête des étiquettes (n°1/2)

Pourquoi les étiquettes sont-elles obligatoires sur les emballages ?

Favoriser l’information du consommateur sur la qualité nutritionnelle des aliments par la mise en place d’une échelle nutritionnelle simple et compréhensible par tous.

C’est l’objectif affiché par un collectif de sociétés savantes, d’associations de professionnels de santé et de la nutrition, de consommateurs et de patients

Un code couleur pour comparer simplement la qualité nutritionnelle des aliments

L’idée est de permettre aux consommateurs de se repérer plus facilement en comparant la qualité nutritionnelle des différents aliments entre eux, ou des aliments de même type, mais de marques différentes. Pour l’instant, les valeurs nutritionnelles indiquées sur les paquets sont rarement très compréhensibles pour les néophytes

Chaque produit se verrait ainsi attribuer un des cinq codes couleur en fonction du rapport entre ses ingrédients les plus mauvais pour la santé et ceux qui font du bien au corps, comme les fibres ou les protéines.

En effet, pour se conformer à la recommandation de « ne pas manger trop gras, trop sucré, trop salé », encore faut-il être en mesure de savoir quoi choisir dans les rayons. Car il n’est pas toujours facile de décrypter les nombreuses informations nutritionnelles affichées sur les emballages alimentaires.

Cette mesure fait suite au rapport remis à la ministre de la Santé par le Pr Serge Hercberg ( spécialiste de la nutrition à l’Inserm) en janvier 2014, qui faisait 15 propositions pour aider les Français à mieux s’alimenter.

Entre autres, interdiction de publicité à la télévision dans la journée entre 7h et 22h et de toute publicité pour les compléments alimentaires (y compris sur le net), taxes et subventions selon la qualité nutritionnelle des aliments… Autant de recommandations préconisées par ce rapport.Autre mesure proposée : un système de logo et de couleurs sur les emballages alimentaires, sur les rayons (fruits légumes) ou dans les magasins (pain…), devrait permettre aux consommateurs de s’y retrouver facilement pour mieux équilibrer leur alimentation.Cet affichage serait également obligatoire sur tout plat servi dans les chaînes de restaurations collectives type fast-food ainsi que dans les publicités faisant référence à l’aliment ou au plat.

L’idée d’un code couleur correspondant au score nutritionnel des aliments y apparaissait déjà.

De nombreuses études ont montré le rôle des facteurs nutritionnels dans le déterminisme du surpoids, de l’obésité et des principales maladies chroniques : cancers, maladies cardiovasculaires, diabète, hypertension artérielle, etc.

C’était il y a deux ans. Où en est-on aujourd’hui ?

Cela fera l’objet de mon  prochain article !

Source : sciencesetavenir.fr

Publicités

4 thoughts on “Le casse tête des étiquettes (n°1/2)”

  1. En plus, même un étiquetage « complet » n’informe pas (ou insuffisamment) des risques liés au cancer par exemple, avec certains additifs. Moi, je ne m’embête plus avec les étiquettes: je n’achète que des produits bruts, et je cuisine!

    Aimé par 1 personne

    1. Tout à fait d’accord avec toi. Pour ma part, il y a bien longtemps que ne ne fais plus confiance à l’agroalimentaire. Et même, quand il font quelque chose qui semble être bien, on cherche où se cache l’arnaque, c’est ce qu’on appelle avoir perdu confiance 🙂

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s