Le casse tête des étiquettes (n°2/2)

Trois Français sur quatre se considèrent en bonne santé, alors que 30% sont en surpoids et 16% obèses. Au niveau européen, 60% des adultes sont en surpoids et 20% des écoliers. Par ailleurs, des millions de personnes souffrent d’hypertension. Des problèmes de santé publique qui coûtent des milliards d’euros et dont les mauvaises habitudes alimentaires sont en grande partie responsables.

En tant que consommateurs, composer un repas réellement équilibré n’est possible que si nous savons quels pourcentages de sucre, matières grasses ou de sel sont contenus dans nos aliments. 

Quel  est l’avis des consommateurs, des médecins et de l’agroalimentaire ? vidéo 1,09 min

http://http://www.ultimedia.com/deliver/generic/iframe/mdtk/01667468/src/3qppfq/zone/11/showtitle/1/

De nouveaux étiquetages nutritionnels seront testés en septembre 2016 dans cinq régions.

L’expérimentation devrait concerner plus de 800 produits. Elle sera menée dans cinquante grandes surfaces en France (chaque magasin testant l’un des quatre logos), dans cinq régions, durant trois mois.

L’évaluation sera déployée en magasins à partir de septembre. Ses résultats sont attendus en décembre 2016. La recommandation des pouvoirs publics pour le choix de l’information nutritionnelle retenue sera formulée début 2017, après avis de l’Anses. Elle sera décidée conjointement par les ministres chargés de la santé, de l’agriculture et de la consommation. Sa mise en place sur les emballages par les producteurs d’aliments débutera au cours du premier semestre 2017.

4 logos

Personnellement, je pense que cette aide pourrait être utile à ceux qui ne font pas l’effort de :

  • s’informer sur la valeur nutritionnelle des aliments
  • s’informer sur la qualité des produits qu’ils ingurgitent
  • élaborer leurs repas.

De même, cela peut aider ceux qui achètent des plats préparés.

Pour ceux qui sont  attentifs à leur alimentation, et donc à leur santé, cela reste du superflu.

Les professionnels de l’agroalimentaire pensent que cela remettra en cause la notion de plaisir de manger, et rendra l’équation mathématique.réfléchit

Personnellement, j’ose espérer que cela pourrait peut être remettre en cause leurs pratiques et faire évoluer  les produits en faveur du consommateur.

L’idéal reste de préparer soi-même sa nourriture, de surveiller son alimentation, et de faire de l’exercice.

Et vous, qu’en pensez vous ?

Sources : notretemps.com, lefigaro.fr, scienceetavenir.fr

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s