Depuis début octobre, et jusqu’en février, l’association nationale interprofessionnelle du bétail et des viandes (Interbev) s’invite dans les cantines. Objectifs affichés : «sensibiliser les enfants et leurs parents à une consommation de qualité», et «valoriser les écoles servant de la viande française de bœuf et de veau». Le syndicat veut frapper fort : il annonce que cette «animation sera mise en place dans 1 500 écoles primaires partout en France soit auprès de 225 000 élèves». Elle aurait déjà eu lieu dans une quarantaine de villes

La chose est aimablement présentée comme une animation pédagogique. Mais cette «opération clé en main» vise avant tout à promouvoir la viande : le kit d’animation fourni gratuitement aux écoles par Interbev comprend ainsi un dossier sur l’élevage destiné au responsable de la restauration, un «livret d’information» pour les parents d’élèves participant à la commission menus, ainsi que des tattoos pour les enfants («Avec le bœuf c’est la teuf», «Parce que je le veau bien»), sans oublier «le Journal des Jolipré», petite famille d’ «éleveurs du troisième millénaire qui ouvrent les portes de leur ferme pour expliquer leur quotidien et montrer aux enfants comment préserver un équilibre entre la planète, les hommes et les bêtes qui les entourent».

Pétitions et militants en colère

Il n’en demeure pas moins que cette «offre pédagogique» n’est pas du goût de tous. Deux pétitions en ligne dénonçant la dernière campagne d’Interbev dans les cantines réunissent environ 100 000 signatures. Considérant qu’une telle action n’a pas sa place en classe, des élus du Groupe écologiste de Paris ont quant à eux déposé le 6 novembre un «vœu relatif à la lutte contre le lobbying de l’industrie de la viande dans les écoles». Pour les écolos, l’argument «développement durable» d’une consommation de viande française mis en avant par Interbev s’avère particulièrement indigeste : plus personne n’ignore en effet l’ampleur des dégâts environnementaux provoqués par l’élevage industriel.

Mais l’action la plus marquante remonte au 28 octobre. Ce jour-là, une soixantaine de militants de l’association 269Life Libération animale étaient venus dénoncer la mise en scène bucolique de la ferme des Jolipré, rue de Bercy, devant le siège parisien d’Interbev.

capture-decran-2016-10-27-a-19-34-38

Ca me fait bondir, et vous, qu’en pensez vous ?

Source : liberation.fr/france/2016/11/14/le-lobby-de-la-viande-s-invite-a-l-ecole_1528280

DEPLIANT DE L’ANIMATION

VIDEO DE L’ANIMATION ET PETITION

Publicités