La capitale est plongée depuis trois jours dans une brume de particules fines, vivant ainsi le plus intense des pics de pollution hivernale depuis dix ans.

il s’agit du plus intense et du plus long pic de pollution hivernale depuis au moins 10 ans, a annoncé l’organisme de surveillance de la qualité de l’air, Airparif. En cause ? Une pollution forte et persistante aux particules et au dioxyde d’azote. Ce qui est évidemment une mauvaise nouvelle pour nos bronches

Afficher l'image d'origineComme le rappelle l’Organisation Mondiale de la Santé , les particules fines en suspension ont plus d’effets sur la santé que tout autre polluant atmosphérique. Elles se composent d’un mélange de substances, organiques et minérales, des sulfates, des nitrates, de l’ammonium, du chlorure de sodium, du carbone, des matières minérales et de l’eau.

L\'évolution de la pollution aux particules fines entre le 28 novembre et le 8 décembre 2016 en France, selon l\'observatoire Prev\'air.

 

Pollution aux particules fines : quels effets sur la santé ?

 

 

Publicités