La célèbre orque du film Blackfish est morte hier.Si vous n’avez pas vu ce film, je ne peux que vous conseiller de le regarder.

L’orque avait été impliquée dans plusieurs accidents coûtant la vie à trois personnes. En 2010, Tilikum avait tué sa dresseuse Dawn Brancheau. Les deux autres morts remontent aux années 1990. La première en 1991 alors qu’une étudiante en biologie sous-marine glisse par inadvertance dans la piscine. La deuxième, en 1999, est plus mystérieuse. Un individu s’est introduit de nuit dans le parc. Il a été retrouvé le lendemain dans le bassin de l’orque.

CNN s’est inspiré de ces accidents en 2013 pour réaliser le documentaire Blackfish, retraçant les événements, mais plus généralement cherchant à montrer l’impact que la captivité peut avoir sur les animaux. Selon l’enquête menée par la réalisatrice Gabriela Cowperthwaite, les conditions de captivité des orques augmentent leur agressivité. De nombreuses pétitions avaient été lancées dans le but de rendre sa liberté à Tilikum.

Cétacés en captivité : « la souffrance » derrière le « spectacle »

La France doit suivre l’exemple de certains de ses voisins européens en interdisant les delphinariums. Le divertissement du public se paie de grandes souffrances pour les dauphins et les orques qui y sont maintenus en captivité, explique un collectif de philosophes et de scientifiques parmi lesquels Boris Cyrulnik et Matthieu Ricard.

A Barcelone,  la ville a décidé que les quatre dauphins captifs seront libérés d’ici fin 2017.

En France, en revanche, Aïcko, dauphin de 6 ans né au parc Astérix, n’aura pas eu cette chance. Il est mort au delphinarium Planète Sauvage le 6 novembre.

En captivité, en effet, l’espérance de vie des dauphins, mammifères marins appartenant à l’ordre des cétacés, est réduite environ de moitié par rapport à la vie sauvage
Le stress, l’ennui et l’absence de relations sociales complexes engendrent pertes d’appétit et de poids, ulcères, vulnérabilité aux maladies, profondes dépressions, comportements antisociaux et même suicides. De nombreux décès sont directement imputables aux conditions de vie en captivité : maladies pulmonaires dues au chlore, maladies rénales dues aux problèmes d’hydratation…
Bande annonce du film BLACKFISH (2.26 min)

Source : lemonde.fr/planete et lemonde.fr/idees/article

Publicités